Un été avec Réflexions Sport n°20 | INSEP
  • Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux olympiques d'été 2020

  • Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux paralympiques d'été 2020

Labels Grand INSEP

Un été avec Réflexions Sport n°20

-A A +A

Pour son 3e numéro de l’année, Réflexions Sport revient et met l’accent sur la communication à travers la carrière entre un entraîneur et ses athlètes, tout en sensibilisant sur les troubles du comportement alimentaire et l'emploi du plasma riche en plaquettes (PRP).

Le soleil brille haut dans le ciel et nous darde de ses rayons accablants, signe que l'été s’est définitivement installé sur la France. L’été, la saison du zénith et le cœur battant d’un sport mondial en effervescence. Cette année point de Championnats du monde pour la natation, la gymnastique ou l’athlétisme mais bien une scène européenne où s’ébroueront les équipes de France, quand volleyeurs, judokas ou escrimeurs en découdront avec l’élite mondiale de leur discipline respective de Glasgow à Wuxi en passant par Rome, Berlin ou Bakou. Comme chaque année, l’élite tricolore ne se reposera pas quand la population française va gagner plages et terrasses en quête d’un repos mérité. À l’image de nos sportifs, Réflexions Sport ne fait pas relâche non plus et entend accompagner les sportifs et leur staff dans leur quête de médailles et d’accomplissement au plus haut niveau.

Au cœur de la communication

Pour son 20e numéro, la revue a concocté un menu à la fois riche et équilibré afin de séduire le plus grand nombre. À commencer par un grand classique centré autour de la relation entraîneur-entraîné. Si les relations de couple sont un pivot dans la vie quotidienne, dans le sport de haut niveau le binôme formé par l’entraîneur et le sportif constitue l’une des clés de la performance. Si une bonne harmonie et une alchimie se crée tout devient possible, alors qu’à l’inverse, des incompréhensions et des tensions dans cet attelage et tout peut dérailler qu’importe la valeur intrinsèque des parties prenantes. Fort de son expérience à la tête des équipes de France de tir à l’arc, Marc Dellenbach livre sa vision de ce couple si singulier où les frontières entre le professionnel et le privé n’apparaissent pas si claires et la marge de manœuvre se veut ténue. Il explique ainsi comment construire une relation efficace avec ses athlètes et comment faire évoluer la communication avec ceux-ci au fur et à mesure de leur carrière. Les propos de Marc Dellenbach sont rehaussés et mis en perspective par les témoignages de deux de ses anciens protégés en la personne de Bérengère Schuh et Jean-Charles Valladont. Deux champions, deux forts caractères qui décryptent ce couple entraîneur-entraîné avec leur sensibilité d’athlète et proposent leurs pistes d’amélioration.

Alimentation sous surveillance

Si cette relation est primordiale dans la réussite sportive, il n’en demeure pas moins qu’elle est déterminée par de nombreux autres facteurs. La santé du sportif en est un et il n’est pas rare de voir certains souffrir de pathologies plus ou moins sérieuses. Parmi elles, les troubles du comportement alimentaire (TCA) constituent une problématique difficile à apprécier car taboue. En février dernier, à l’occasion des Jeux olympiques d’hiver à Pyeongchang, la Canadienne Gabrielle Daleman, médaillée d’or par équipe et de bronze en individuelle, avait fait part des problèmes qu’elle avait rencontrés, de cette anorexie qui avait « pourri » une partie de sa vie. Un témoignage qui venait s’ajouter à celui d’une autre patineuse Ioulia Lipnitskaïa. Sacrée par équipe à Sochi en 2014, à 14 ans, la Russe a mis fin à sa carrière après des séjours en centres spécialisés suite à des problèmes de boulimie et d’anorexie. Dans ce cadre, Réflexions Sport s’est penché sur le sujet et le décrypte avec l’aide d’une équipe de chercheur québécois. Les différents types de TCA y sont répertoriés et des moyens d’identifier et de faire face y sont proposés.

PRP et apprentissage

Un manuel à l’intention des professionnels du sport, tout comme l’éclairage apporté autour des PRP. PRP, pour plasma riche en plaquettes. Ce produit médical est bien connu du monde sportif, enfin de nom. Beaucoup plus floue apparaît sa connaissance quand on rentre dans le détail. Après la journée du 30 mars organisée autour du sujet à l’INSEP, le spécialiste Marc Bouvard, le responsable du pôle médical de l’INSEP Alain Frey et le nouveau directeur médical de l’Union cycliste internationale (UCI) Xavier Bigard ont décidé de démêler le vrai du faux concernant les PRP. On y apprend ainsi à quoi ils servent, leur application, tout en déconstruisant l’idée qu’il s’agit d’un produit pouvant être employé dans le cadre d’un protocole de dopage, comme on le crut par le passé.

Enfin, dans un registre plus proche du terrain et de la pratique sportive, Jean-Philippe Thomas se penche sur la manière dont l’entraîneur peut faire passer son message à ses sportifs et la façon dont il peut les amener à apprendre les gestes et mouvements spécifiques à la discipline étudiée afin d’acquérir une motricité supérieure et donc rendre meilleure la réalisation des actions pour aboutir à une performance de qualité. Fort de son bagage d’entraîneur de handball et de formateur à l’INSEP, il distille ses quelques conseils, réutilisables hors des murs des gymnases et du contexte de la petite balle collante, fil rouge de sa démonstration.

Comme à chaque numéro, vous retrouverez également la rubrique encadrée par Franck Brocherie où il sera question, cette fois, d’analyser les effets de la fatigue sur les aptitudes techniques en hockey sur gazon et sur les activités motrices chez les cousins sur glace, sans oublier l’impact de la répétition de sprint en hypoxie sur la performance en tennis.

Également au rendez-vous, notre sélection de livres et de DVD pour s'imprégner de l’univers sportif et découvrir des histoires d’hommes et de femmes le temps d’un été rythmé par les compétitions européennes et mondiales. Bonne lecture à tous et bonne saison estivale.

Christopher Buet

Nous suivre