• Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux olympiques d'été 2020

  • Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux paralympiques d'été 2020

Labels Grand INSEP

Congrès International de la Biomécanique en Sport (ISBS)

-A A +A

À l'occcasion du 33ème Congrès International de la Biomécanique en Sport (ISBS - Poitiers 29 juin-3 juillet) Giuseppe Rabita, Gaël Guilhem, Lilian Lacourpaille et Daniel Dinu (chercheurs au Département de la Recherche de l'INSEP) ont présenté leurs derniers travaux de recherche menés à l'INSEP.

Giuseppe Rabita a présenté une étude dans le cadre d'un projet de recherche avec la Fédération Française de Handball. Cette étude, réalisée en collaboration avec Enzo Hollville, Antoine Couturier et Gaël Guilhem visait à optimiser le calcul de signaux d'accéléromètres portés entre les omoplates afin de mieux quantifier la charge mécanique en sport collectif. La méthode optimisée est actuellement utilisée afin de quantifier la charge mécanique des joueurs de l'équipe de France masculine de Handball lors de compétitions internationales.

Lors d’une session appliquée intitulée « Elastography for muscle biomechanics » Gaël Guilhem, a présenté plusieurs de ses travaux recherche utilisant l’élastographie pour mieux comprendre les effets des dommages musculaires. A titre d’illustration, ses travaux mettent en évidence le potentiel de cette méthode pour identifier le niveau de dommages généré par un exercice excentrique, ou encore pour quantifier l’effet d’une blessure sur l’élasticité musculaire. Un projet de recherche mené en collaboration avec Lilian Lacourpaille (chercheur au DR), le Département Médical de l’INSEP et l’Université de Nantes débutera prochainement afin d’identifier le potentiel de cette méthode pour réduire les risques de blessure musculaire et de récidive chez les sportifs de haut niveau.

Lilian Lacourpaille a présenté une étude menée à l’INSEP visant à décrire l’influence des dommages musculaires sur le temps nécessaire au système musculo-tendineux pour créer puis transmettre la force au squelette. Si les capacités de production de force sont largement réduites à la suite de l’exercice, le temps nécessaire à créer et transmettre la force n’est pas modifié. Ce travail permet d’identifier les structures et mécanismes musculaires à solliciter afin de préparer une succession d’épreuves sportives répétées dans le temps.

Daniel Dinu et Jean Slawinski (Université de Paris Ouest) ont présenté une étude dans le cadre d'un projet de recherche avec la Fédération Française de Basketball. Cette étude visait à déterminer les effets de la fatigue induite par l’exercice physique au cours du match sur le taux de réussite au tir à trois points, tir fortement corrélé au succès final en compétition. Au-delà de la réussite au tir à trois points, la cinématique du geste est également étudiée en condition de fatigue et de non-fatigue afin d’évaluer le niveau d’altération de celle-ci induit par la fatigue.

Daniel Dinu et Charles Khazoom (Université de Sherbrooke) ont présenté une méthode d’analyse de données cinématiques issues de la technologie de navigation inertielle dans l’environnement Matlab. Dans un premier temps il a été mis en évidence l’avantage de cette nouvelle technologie vs les systèmes optoélectroniques classiques. La dernière partie de la communication a été consacrée à la présentation d’une interface graphique permettant de traiter les données issues du système de capture de mouvement MVN Biomech (Xsens Technologies B.V., Pays-Bas). Des calculs de cinétiques ont été ajoutés en introduisant le modèle anthropométrique de De Leva (de Leva 1996). Un mode basket permet de déterminer les moments clés lors d’un tir en basketball. Une méthode de calcul originale, permet d’estimer les paramètres d’éjection du ballon. Finalement, le travail effectué a permis d’avancer deux projets de recherche intitulés «Effets de la fatigue et de la distance sur les paramètres cinématiques du tir à trois points au basketball» et «Validation de la technologie