Réflexions Sport 19 est sorti | INSEP
  • Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux olympiques d'été 2020

  • Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux paralympiques d'été 2020

Labels Grand INSEP

Réflexions Sport 19 est sorti

-A A +A

Pour son deuxième numéro de l’année 2018, Réflexions Sport revient avec un pari, celui de mettre en lumière l’EPO. Un décryptage pour comprendre ce qu’est ce produit et les risques qu’il comporte. Au menu aussi de l’aviron et le trouble de l’après-carrière.

Concevoir une revue comme Réflexions Sport n’est jamais chose aisée et nous impose constamment de relever des défis. Des défis autour des contenus et de la manière dont les présenter. Ce 19e numéro ne déroge pas à la règle et nous a longtemps interrogés quant à notre rôle. Doit-on parler de tout ? Et si oui, comment le faire sans franchir cette ligne imaginaire, cette injonction tacite pour ne pas dériver. Pourquoi tant de précautions ? car un choix fort a été fait ; celui d’aborder un sujet sensible dans le monde du sport : le dopage. Loin d’affronter le problème au sens large, nous avons choisi de nous pencher sur la fiole de l’EPO avec l’objectif d’expliquer ce qu’est réellement cette hormone. Avec le concours de Michel Audran, directeur du laboratoire de Chatenay-Malabry et éminent spécialiste de l’EPO, cette substance se dévoile et tombe le masque. Fini les mythes et les fantasmes, place à la vérité scientifique. À renfort de schémas et de tableaux, l’article déconstruit les croyances et dresse un état des lieux tout en présentant les risques encourus par quiconque utiliserait de l’EPO en dehors d’un protocole médical indiqué. Clair et synthétique, l’article se veut comme un support pour mieux comprendre un produit de mieux en mieux détecter mais qui continue à circuler dans les coulisses du sport mondial.

Un projet au long cours

S’il est bien connu que l’EPO peut améliorer les capacités physiques et les performances des athlètes de haut niveau sous la forme d’un dopage plus ou moins prononcé, il existe d’autres moyens de parvenir à ses fins. Comme la mise en place de projet à long terme dans le but de perfectionner des outils de mesure et améliorer le matériel à la disposition des sportifs. C’est ce qu’a entrepris Sophie Barré en amont des plans d’eau où les sportifs s’activent avirons (ou pelles) à bout de bras pour faire glisser leurs embarcations. Depuis plus de 20 ans, cette ingénieure au CREPS de Nantes a développé un programme de recherche (OPTIPERFAviron) destiné à optimiser les réglages des rameurs et de leurs embarcations, tout en permettant d’améliorer la technique des sportifs. La Nantaise revient sur cette histoire et sur les résultats obtenus au fil des années. Une plongée dans une réflexion à long terme qui se poursuit encore aujourd’hui avec un souci constant de résultats et d’efficacité au service de la haute performance et des athlètes.

Un si difficile après-carrière

L’aviron, lui, en a fait sa vie. Pendant plus de deux décennies, il lui a consacré ses jours et une partie de ses nuits, ses forces et ses faiblesses. Ce sport le lui a rendu, participant à le construire en tant qu’homme et lui offrant ses plus joies avec des résultats sportifs. L’aviron est même aller jusqu’à lui donner une famille. Puis le temps a passé et le temps de ranger bateau et pelles est venu. Quelques mois après sa dernière compétition internationale aux Jeux olympiques de Rio, Julien Bahain prend sa retraite. Exilé au Canada dont il a la nationalité après avoir couru pour l’équipe de France, le jeune trentenaire poursuit sa vie et embrasse sa nouvelle carrière à plein-temps d’ingénieur. Papa d’une petite fille, bien entouré, il pensait être préparé à affronter ce nouveau défi dans le « monde réel ». Jamais il ne se serait douté qu’il allait être rattrapé par ses émotions et connaître tant de tourments. Pour Réflexions Sport, il a accepté de mettre des mots sur ses démons intérieurs et de nous raconter la difficile transition que connaît un sportif au moment où il arrête sa carrière. Perte de repères, addiction, manques, dépression, quête de sens, le médaillé de bronze des Jeux olympique de Pékin en 2008 se livre sans fard et délivre une parole rare à l’intention de ses pairs afin qu’ils puissent tirer une expérience de ce qu’il a vécu. Cet entretien est agrémenté de plusieurs éclairages d’experts de l’INSEP afin d’affiner les propos du rameur et d’expliquer ce qui est également mis en place dans le bois de Vincennes pour aider sportifs et sportives. Un souci de transmission qui guide chaque numéro de Réflexions Sport sur le chemin de la haute performance.

 

Christopher Buet

Nous suivre