Une nouvelle ère pour la soirée des champions de l’INSEP | INSEP
  • Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux olympiques d'été 2020

  • Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux paralympiques d'été 2020

Labels Grand INSEP

Une nouvelle ère pour la soirée des champions de l’INSEP

-A A +A

Les étoiles étaient décidément partout à l’INSEP le 23 janvier dernier. Sur scène, avec plus de 70 athlètes de disciplines olympiques et paralympiques (handisport / sport adapté) récompensés pour leurs médailles internationales obtenues en 2017, mais aussi sur l’écran géant de la Halle Maigrot et dans les yeux de l’ensemble des participants présents lors de la traditionnelle soirée des champions.

Résolument tournée vers l’avenir et les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, cette cérémonie devenue incontournable au fil des années est entrée dans une nouvelle ère en 2018 grâce à une co-organisation conjointe INSEP – CNOSF. « Une première qui ouvre de nouvelles perspectives, une nouvelle façon d’envisager toutes les coopérations possibles entre tous les acteurs pour être plus efficaces et optimiser nos moyens et nos savoir-faire », a souligné le directeur général de l’INSEP, Ghani Yalouz, lors de son discours aux côtés du président du Comité national olympique et sportif français, Denis Masseglia, et Jean-Philippe Gatien, le président du Conseil d’administration de l’Institut.

Au fil de la soirée présentée par Vanessa Lemoigne et Alexandre Boyon, et en présence de Laura Flessel, Ministre des sports, Emmanuelle Assmann, présidente du CPSF, Tony Estanguet, président du comité d'organisation des Jeux de 2024, et de nombreux acteurs du mouvement sportif français, les champions mis à l’honneur pour leurs performances de l’année écoulée ont témoigné leur attachement à l’INSEP, tout en insistant sur le rôle clé qu’a joué l’établissement dans leur succès sportif et leur épanouissement d’athlète. « Nous devons être particulièrement attentifs à ces moments où nous célébrons la performance sportive, a expliqué Ghani Yalouz. Nous ne devons jamais banaliser les médailles, et particulièrement celles des grands championnats. Nous avons un devoir de mémoire sportive parce que chaque performance est le fruit du courage, du travail, de l’abnégation et du talent d’un individu. »

Le Directeur général a également rappelé son souhait que l’INSEP devienne « le centre de préparation et d’entrainement Olympique et Paralympique, un établissement incontournable pour réussir Paris 2024 mais aussi l’après 2024. En quelque sorte je rêve que l’INSEP devienne le pré-village olympique. Que ce soit ici le lieu où l’on cultive l’esprit d’équipe du collectif olympique. »

Nous suivre