Protocole d’accord entre l’INSEP et l’Institut Australien du Sport (AIS)

À deux ans de la cérémonie d'ouverture, l’INSEP et l’AIS renforcent leur relation initiée dès les années 90, en signant un nouveau protocole d’accord historique, véritable coup de pouce aux athlètes australiens pour leur permettre de préparer dans les meilleures conditions les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

Published on

En cette fin juillet 2022, l’INSEP et son homologue australien l’AIS ont décidé de passer une étape supérieure en permettant à leurs athlètes respectifs de collaborer, échanger et accéder à leurs services et structures d’entraînement respectifs en vue de préparer tout d’abord les JOP de Paris 2024 mais également ceux de Brisbane en 2032. En effet, l’accord de collaboration a été prévu pour se prolonger sur 10 ans, date de l’échéance australienne.

Les athlètes des équipes françaises et australiennes pourront se mesurer les uns aux autres dans les années à venir afin d'élever leur niveau par une émulation commune. Il en sera de même pour les experts de chaque centre, que ce soit du côté de la performance, de la médecine ou de la formation des cadres et des entraîneurs pour un sport plus durable et respectueux.

Fabien Canu, Directeur général de l'INSEP

Le directeur général de la Commission des sports, Kieren Perkins, était spécialement présent aux côtés de Fabien Canu pour cette signature très prometteuse pour les deux établissements. Ils étaient accompagnés par Mme Megan Anderson, ambassadrice déléguée permanente de l'Australie auprès de l'UNESCO, Mme Paule Ignatio, conseillère diplomatique de la ministre française des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques, Mme Prisca Ramesh, représentant l'ambassadrice pour le sport, Laurence Fischer et M. Babak Amir-Tahmasseb, directeur des relations Internationales et du réseau grand INSEP.

La Commission australienne des sports (ASC), par l'intermédiaire de l'AIS, s'est engagée à créer le meilleur environnement possible pour le succès. Nous avons pris la décision historique, après Tokyo, d'allouer des fonds pour un cycle complet de Jeux, permettant ainsi aux sports d'avoir plus de certitude et la capacité de planifier comme jamais auparavant.

Kieren Perkins, Directeur général de la Commission des sports australienne