• Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux olympiques d'hiver 2018

  • Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux paralympiques d'hiver 2018

Labels Grand INSEP

L’avenir leur appartient

-A A +A

En ce début de nouvelles olympiade et paralympiade, nous sommes allés à la rencontre de 10 jeunes sportives et sportifs, âgés de 17 à 25 ans, qui incarnent la relève dans leurs disciplines respectives. Des nouvelles graines de champions à suivre.

   

Axelle Etienne

Depuis 6 ans, elle cumule les superlatifs comme les titres mondiaux qu’elle collectionne depuis l’âge de 12 ans ! Axelle Etienne est le nouveau phénomène du BMX français. Une athlète d’une puissance et d’une qualité technique rares à son âge – 18 ans –, mais aussi une jeune femme « d’une très grande gentillesse, très déterminée, qui se fixe des objectifs très élevés et qui met tout en oeuvre pour les atteindre », selon son entraîneur au Pôle France Olympique BMX de Saint-Quentin-en-Yvelines, Mickaël Violain. L’été dernier, la pilote francilienne d’origine Guadeloupéenne, en licence bio-chimie et dont le frère Patrick est aussi un rideur d’élite, a vécu ses premiers JO comme remplaçante de Manon Valentino après avoir longtemps cru à une sélection. Un rêve brisé après sa triple fracture cheville-tibia en mai. « J’ai bien sûr encore une pointe de déception, mais rien que le fait d’avoir pu découvrir l’environnement si particulier des Jeux m’a donné des clés précieuses pour l’avenir », admet-elle. À Tokyo, Axelle Etienne promet déjà d’envoyer du gros.

  

Sara Balzer

Déterminée, ambitieuse, grande, belle, et surtout un talent certain sabre en main : Sara Balzer, 21 ans, semble avoir tout pour elle. Dans l’encadrement fédéral, certains lui promettent depuis plusieurs saisons un avenir radieux. Mais pas question pour la Strasbourgeoise, qui a rejoint le pôle France de l’INSEP en 2013 sans passer par la case pôle France jeune, de s’enflammer. « À une époque, j’avais tendance à me reposer sur mes seuls acquis, mais j’ai très vite compris que cela ne suffirait pas pour percer au plus haut niveau », reconnaît-elle. Et d’autant plus dans une discipline, le sabre, où la forte densité française n’autorise aucune facilité. En 2016, l’étudiante en psychologie a d’ailleurs payé pour voir, elle qui imaginait un temps pouvoir se qualifier pour les Jeux de Rio après son quart de finale individuel en Coupe du monde à Boston et surtout sa victoire dans l’épreuve par équipes lors de la Coupe du monde de Foshan en mai. Finalement privée de sélection, Sara Balzer a repris le chemin de l’entraînement en septembre plus résolue que jamais à devenir un des piliers du sabre féminin français.

  

Camille Condé-Ferreira

L’été dernier, elle a vibré aux exploits répétés des cavaliers français à Rio. À seulement 17 ans, Camille Condé-Ferreira sait qu’il lui faudra encore quelques années avant de pouvoir vivre à son tour son rêve olympique. Si les Jeux de Tokyo risquent d’arriver un peu vite pour elle, la grande espoir du saut d’obstacle français, championne d’Europe juniors en 2015 (2e en 2016), a déjà dans le viseur l’édition 2024. Nommée ambassadrice de la candidature parisienne par le comité régional d’Île-de-France, elle aspire à fouler le parc du Château du Versailles dans 8 ans. « Ça fait rêver, c’est sûr, sourit-elle. Mais j’ai encore beaucoup de travail devant moi et je n’ai surtout pas encore le cheval pour espérer être compétitrice à ce niveau. » Si elle a brillé ces dernières années avec sa jument, Pirole de la Chatre, celle qui évoluera désormais dans la catégorie des jeunes cavaliers devra à terme former une nouvelle monture, plus apte à avaler les obstacles et les tracés techniques des épreuves Grand Prix. Un défi à sa hauteur.

   

Lire l'intégralité de l'article dans INSEP le Mag #18

Nous suivre